dimanche 29 septembre 2013

Deux testaments pour le prix d’un

Avez-vous déjà lu la Bible ? Non ? Un petit peu ? Déjà 5 fois ?! Il se trouve que la Bible nous offre généreusement deux testaments.

Non que les soldes aient déjà existé à l’époque lointaine où ce livre fut inspiré et écrit, simplement il a fallu du temps, beaucoup de temps pour que cette rencontre ait lieu et puisse se réaliser. Une rencontre ? Oui le plus beau des rendez-vous à savoir celui de Dieu et des hommes.

Certes, les démarrages furent plutôt chaotiques et plus d’un dirait que l’histoire démarrait sacrément mal. Tout ça pour une histoire de pépin et de langue fourchue. Ah si Eve avait fait comprendre à son adversaire qu’il terminerait en sac à main à la moindre entourloupe ! Bref, la situation a bien ripé au démarrage et pendant que nos deux compères se retrouvaient à poil, l’ensemble de leur descendance était rhabillé pour plusieurs hivers.

Et la suite de ce qui s’appelle l’Ancien Testament va se dérouler sur cette même pente savonneuse alternant les meurtres, les adultères, les négociations familiales qui dégénèrent. Entre Dallas et Château-Babel, vont se succéder des tractations, des histoires de partage, d’héritage, de prise de bec à savoir qui serait le plus fort et de frère balancé dans un puits par ses aînés. Une époque formidable !

Sans compter des bastons mémorables entre peuples et tribus qui s’arrachent quelques arpents de terre, des coups bas « en veux-tu en voilà », des concours de fronde à celui qui démolira l’autre, des attaques de sauterelles, des ouragans terribles à faire frémir la miss météo la plus aguerrie. C’est un condensé de « Règlements de compte à Jérusalem », « Coup de foudre au bord du Nil », « La tour de Babel infernale » et « Le pharaon est une ordure ».

Heureusement quelques personnages sortent du lot et tentent, tant bien que mal, de redresser la marche de leurs proches dans une direction plus paisible. Mais à quel prix ! Plusieurs paieront de leur vie cet appel à plus de paix, d’écoute, d’attention à l’autre. D’ailleurs l’expression « avoir l’impression de parler dans le désert » a dû être inventée par un prophète en mal de public. En plus si c’est pour être nourri par les corbeaux, ça fait beaucoup pour un job assez chichement payé ! (cf. la dernière dépêche de l’AFP, l’Agence Fraternelle des Prophètes)

Enfin, après tant de rebondissements, alors qu’une brise légère caresse les dunes, un rendez-vous va se réaliser, aussi incroyable qu’inattendu bien qu’espéré par tout un peuple depuis des lampes à huile !

Une demande délicate d’abord, un humble oui en réponse et voici que l’Ancien cède la place au Nouveau dans la douceur d’une maternité toute discrète et merveilleuse à la fois. Alors que la courbe séduisante de la pomme avait déclenché la première belle boulette de l’humanité, voilà que le magnifique et si touchant arrondi du ventre de Marie va entraîner une douce tempête d’Amour dont Dieu seul a le secret (bon il paraît que l’Esprit Saint était aussi dans le coup m’a glissé un proche de la famille).

Oh bien sûr, tout ne vas pas être simple, ne serait-ce que pour la naissance de Jésus pour laquelle trouver un hébergement représente pour ses parents un vrai chemin de croix. Finalement Joseph et Marie trouveront une place en crèche dont personne ne veut (à croire que les choses ont bien changé en deux mille ans à ce sujet…).

La Bonne Nouvelle va pouvoir se déployer et se révéler dans toutes les dimensions de la création, du tout premier « areuh » de Jésus bébé jusqu’au don de sa vie, en passant par la multiplication des pains et les nombreuses guérisons qu’il a opérées.

Tendresse, délicatesse, écoute, attention, pardon, miséricorde, bienveillance, paix, douceur, accueil, tout cela coule au fil de ce Nouveau Testament, au gré des rencontres, des discussions, des histoires racontées à la foule venue capter ses paraboles.

Evidemment cela chauffe un peu aux entournures avec l’équipe des Pharisiens qui n’acceptent pas du tout que le Messie vienne jouer dans leur cour. C’est certain que Jésus recrute à tour de bras des joueurs qui sont prêts à mettre leurs talents au service d’un club dont la vocation n’est pas de faire de l’argent. Et l’on ne peut même plus se vanter d’être les soi-disant intimes du Big Boss Céleste, c’est vraiment la fin du spi-business.

Sans compter les marchands du Temple qui se sont fait remettre à leur juste place. Il faut dire que les t-shirts à l’effigie de Jésus, les sandales à semelles spéciales pour marcher sur l’eau et les pierres en mousse pour fausse lapidation, ça faisait vraiment bon vin transformé en mauvaise piquette.

Finalement, prêt à tout donner, tout lui fut pris y compris sa vie. La vie de Jésus déposée entre des mains qui ne réalisaient sans doute pas ce qu’elles faisaient et dont il ne leur sera pas tenu rigueur, tellement le festival amoureux va tout éclabousser jusqu’au bout.

La nuit de sa naissance a été la plus lumineuse. Trois jours après sa mort c’est l’éclat fulgurant de la Vie renouvelée qui tient lieu et place de soleil dans le cœur de ses disciples.

Retenons qu’au travers de ce testament, c’est l’Amour qui nous est donné. A chacun de nous de le faire grandir et fructifier : une cascade de tendresse, une immense brassée de pardon, de fines feuilles d’espérance, des touches de douceur et un regard pacifique.


Voilà votre « Amojito » est prêt. A donner et consommer sans modération !!