vendredi 6 septembre 2013

Grands carreaux avec ou sans marge ??

Et voilà, c’est reparti pour une nouvelle année scolaire ! Et qui dit année scolaire dit bien évidemment liste de fournitures.

Vous savez, ce document qui fait au bas mot un recto-verso, qui semble interminable et qui doit être en mesure de couvrir les besoins matériels de nos enfants pour la période qui va de septembre à juin.

Bizarrement la rentrée scolaire est associée à une vague de campagnes publicitaires dont l’objectif est de vanter aux parentes d’élèves, à savoir un grand nombre de parents puisqu’il n’y a pas loin de 12 millions d’élèves en France, les meilleurs promotions sur les lots de cahiers, de gommes, de feutres ou encore de paires de ciseaux.
Comment ne pas comprendre que se déroule alors, dans les dites grandes surfaces (il est certain que la superficie occupée par quelques magasins est tout simplement ahurissante !), une cohue digne des plus belles saisons de soldes. Il faut dire que l’enjeu est de taille !

En effet, dans le meilleur des cas, la liste des fournitures a été communiquée avant les grandes vacances et permet donc, en toute sérénité, de faire le plein. Vous me rétorquerez que les promotions précédemment citées n’ont pas encore lieu fin juin, ce à quoi je vous répondrai « Certes, par contre, il n’y a quasiment personne dans les magasins et je peux trouver le fameux cahier grand format, grands carreaux, à spirale avec Spiderman en couverture ».

Oui, car qui dit fournitures scolaires, dit aussi expertise en la matière et risque de ne pas cocher toutes les cases tant la litanie est ciselée. Et les achats en dernière minute, voire le soir de la rentrée, augmentent le risque de ne pas réussir à acquérir le fameux sésame indispensable au succès de nos chères têtes blondes, brunes, rousses, à franges, houppettes, couettes ou queues de cheval (NDLR : quelle chance d’avoir encore des cheveux !!).

Il faut reconnaître que le défi lancé aux parents par les enseignants est de haute volée. En général, chacun(e) exprime ses propres souhaits, eux-mêmes liés aux exigences de la matière qu’il ou elle enseigne. Heureusement dans le primaire, la présence d’un(e) seul(e) enseignant(e) réduit l’exotisme et la variété des demandes. Toutefois, cela n’empêche en rien de se retrouver dans les rayons avec la liste dans une main et les yeux rivés sur les étiquettes dans le but de dénicher l’objet tant convoité.

Ah le fameux classeur grand format (A4) assorti de ses intercalaires et de son paquet de feuilles blanches, grand format (21 x 29,7 cm), grand carreaux, perforées ! Ou encore le cahier petit format (17 x  22 cm), petits carreaux, de 192 pages (un multiple de 48 me soufflet-ton dans l’oreillette) afin de pouvoir tenir toute l’année.
Et qui dit cahier, dit protège-cahier bien entendu ! Nous voilà donc à rechercher les enveloppes plastifiées prévues à cet effet, à savoir préserver le plus possible les cahiers des coups de feutres, de bics, de crayons, de cutter, de ciseaux, de colle, etc.

De plus, après avoir enrobé les splendides cahiers aux effigies de Transformers, Cars 2, Hello Kitty ou encore Monster High, il va falloir procéder à l’opération « étiquettes ». Je mets d’office un « s » car cette manipulation fait partie des passages obligés pour toute rentrée scolaire qui se respecte : MARQUER LES FOURNITURES !!
Hop, le cahier de texte ou l’agenda, étiqueté ! Hop le classeur n°1 étiqueté ! Hop le classeur n°2 étiqueté ! Hop, le cahier n°1, protégé et étiqueté ! Hop, le cahier n°2 idem ! 

Je vous passe, oh non finalement je ne vous la passe pas, la non moins fameuse étape de recouvrement des livres de classe. 
Autant le protège-cahier est enfilé vite fait bien fait sur son support, autant le recouvrement des manuels scolaires peut s’avérer un travail d’orfèvre. Couper une feuille suffisamment grande de papier plastique, déposer le livre dessus, faire les plis qui vont bien, scotcher sur la couverture, décoller le scotch sans déchirer l’intérieur du livre parce qu’il n’y a plus assez de plastique pour le verso, repositionner le livre correctement, essayer de défaire les plis trop marqués, recommencer les plis…bref un grand moment de travaux manuels !
Heureusement, notre envoyée spéciale nous informe à l’instant que les protèges livres vendus par Handicap International représente un gain de temps précieux. N’hésitez pas !

Afin d’être bref, j’ajouterai simplement la collection des crayons, feutres, stylos à bille de différentes couleurs, paire de ciseaux, bâtons de colle, rouleaux de scotch, compas, double décimètre, équerre, gommes, taille-crayons à réservoir (pas pour l’année le réservoir je vous rassure !).

Et tout cela doit parfois être étiqueté. Amusez-vous donc à coller une étiquette sur un crayon à papier HB ! Un délice… d’autant plus que les étiquettes que vous venez de vous escrimer à dimensionner, écrire, imprimer au bureau, ne conviennent évidemment pas !

A la fin, tout cela est réalisé pour le plus grand confort scolaire de nos enfants et leur plus grand bonheur. Tiens cela me fait d’ailleurs penser qu’il faut que je remplisse les fiches d’informations, colle les photos d’identité dans le coin en haut à droite et que j’indique les jours de cantine.

Surtout n’oubliez pas, si vous avez terminé vos étiquettes pour cette année, cela reviendra l’an prochain et les couleurs des protège-cahiers auront changé ;)